La Recherche et Développement de Cosmétiques Naturels chez Druydès
09/02/2022

Comment formulons-nous nos cosmétiques naturels Druydès ?

Connaissez-vous le rôle du pôle Recherche & Développement chez Druydès ? Savez-vous à quoi correspond exactement ce terme ?

Plus souvent appelé R&D entre nous, ce pôle a une place centrale dans notre entreprise et notre laboratoire : c’est lui qui imagine et formule tous nos futurs produits cosmétiques naturels, BIO et Made In France !

Formuler et mettre des produits sur le marché des cosmétiques naturels en France n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Le développement d’une formule passe par plusieurs étapes avant d’arriver à la phase de production et d’arriver dans votre salle de bain !

Alors voici un aperçu de comment se passe la Recherche & Développement de cosmétiques naturels dans notre laboratoire chez Druydès :

Étape 1 : Le Cahier des Charges*

Chez Druydès, nous mettons un point d’honneur à imaginer des produits unanimement. Tous les membres de notre équipe prennent part à l’imagination des futurs cosmétiques naturels Druydès. Notre mot d’ordre : l’innovation !

La première étape dans la formulation d’un cosmétique commence donc par une réunion d’équipe pour sélectionner nos (futurs) projets. De manière générale, nous travaillons à N+1 voir N+2, c’est-à-dire que nous commençons à imaginer un cosmétique environ 1 à 2 an avant.
(Par exemple, cette année (2022) nous commençons déjà à réfléchir et imaginer les soins naturels pour 2023 et 2024)

Lors de cette réunion de service (qui peut prendre facilement plusieurs heures), nous abordons plusieurs éléments afin d’établir un Cahier des Charges complet pour chacune de nos idées :

- le concept du cosmétique naturel
- les actifs et ingrédients souhaités (les poudres, les plantes, les huiles végétales...)
- la texture souhaitée
- le résultat attendu sur la peau
- le délai de réalisation
- le prix à ne pas dépasser

Ce document a toute son importance ! Il va servir de fil conducteur à nos supers formulateurs (Evgenia, Tristan & Judith) tout au long de la formulation. D’où l’importance d’avoir un Cahier des Charges complet, répondant à toutes les questions possibles : il va faciliter au maximum les futures formules de notre équipe !

*un Cahier des Charges (ou CDC) : document qui décrit toutes les fonctions, les spécifications techniques et les besoins que devra remplir un cosmétique (ou un produit!) à l’issue du projet.

Étape 2 : Le Benchmarking* et le Sourcing*


Une fois le Cahier des Charges validé, le Benchmarking et le Sourcing, la recherche de matières premières peut commencer pour notre équipe en formulation.

Ils débutent tout d’abord par une phase de Benchmarking. Cette partie est un travail de recherches, nous permettant de mieux nous positionner en termes d’innovations (par rapport à nos concurrents, aux matières premières, aux différents formats de produits, aux différents prix appliqués sur le marché…).

Puis vient ensuite le travail de sourcing : c’est une phase de recherches sur les matières premières innovantes et les fournisseurs qui peuvent correspondre aux critères établis dans notre Cahier des Charges (et oui, encore lui ?) ! Voici un exemple concret des critères que nous appliquons dans la recherches de matières premières :

- des matières premières 100% naturelles,
- issues de l’agriculture biologique,
- produites en France,
- de manière éco-responsables,
- sans huiles essentielles
- sans parfums
- sans ingrédients controversés (sulfates, parabens…)
- sans allergènes alimentaires
- sans les 84 allergènes de la cosmétique

*Benchmarking : technique qui consiste à étudier et analyser les procédés, les techniques, les entreprises, les produits déjà sur le marché pour s’en inspirer et en tirer le meilleur.

*Sourcing : méthode qui a pour objectif de trouver les meilleurs fournisseurs, les meilleures matières premières et ingrédients pour nous approvisionner et faire preuve d'innovation.

Étape 3 : Les essais


Une fois qu’Evgenia (notre Responsable R&D) a sélectionné les matières premières parfaites pour répondre à notre Cahier de Charges (toujours lui ! ), elle commence à élaborer une formule théorique pour vérifier son coût formule et créer une base de travail pour les futurs essais.

C’est là que la phase de tests commence…
Evgenia, Tristan et Judith vont alors ajuster la formule théorique, sa texture, son odeur, son efficacité jusqu’à obtenir le résultat souhaité dans le Cahier des Charges.

De nombreux aller-retours entre le laboratoire et le reste de l’équipe (qui se charge de tester chaque essai) ont lieu pour réussir à trouver LE cosmétique parfait : un soin innovant, au pouvoir concret, bon pour la peau et l'environnement, réussissant à réconcilier la nature & la science .

-> Petite anecdote : pour l’Après-Shampoing Solide, nous avons eu plus de 53 essais avant de trouver la formule parfaite à nos yeux (et surtout à nos cheveux) !


Étape 4 : Les tests


Une fois notre produit naturel validé par toute l’équipe, il y a de nombreux tests obligatoires et légaux à réaliser pour pouvoir mettre notre cosmétique naturel sur le marché :

- le test de stabilité : il va nous permettre de connaître les modifications que risque le cosmétique naturel face à certaines conditions sur une durée déterminée (la lumière, le froid, la chaleur...). Les résultats nous aideront à adapter la formule, déterminer les conditions de stockage et la durée de vie optimale du produit (DLUO).

- le test de compatibilité: il sert à vérifier que l’interaction entre notre cosmétique naturel et son packaging lors du conditionnement et du stockage n’altère pas la qualité, l’efficacité et la sécurité du produit.

- la vérification réglementaire: elle est nécessaire pour vérifier que les matières premières utilisées sont bien autorisées en France (le pays du lieu de vente)

- l’évaluation toxicologique: c’est un rapport de sécurité sur notre cosmétique, évalué par un évaluateur de sécurité qualifié : le toxicologue.

- les tests d’efficacité: ils servent à évaluer l’efficacité du futur cosmétique naturel. Ils peuvent être sous forme de tests d’usage sur un panel de consommateurs ou de mesures par des appareils spécifiques. Ils viennent prouver que les allégations écrites sur le packaging sont véridiques.

- Les études de tolérance cutanée et oculaire: ils évaluent l’innocuité d’un cosmétique naturel (c’est-à-dire sa toxicité). Ils ne sont pas obligatoires pour les laboratoires pour la mise sur le marché mais ils sont vivement conseillés car ils permettent d’aider l’évaluation du toxicologue et d’apposer la mention “Testée sous contrôle dermatologique” sur nos packagings ! (Nous avons d’ailleurs fait le choix de les réaliser pour toutes nos formules, comme par exemple pour nos gammes de soins : le savon surgras, le baume soin bio ou l'huile démaquillante solide !)

- La mesure de l’activité de l’eau: réalisée au même moment que les études de tolérance cutanée et oculaire, cette mesure nous permet de connaître la teneur en eau libre, c’est-à-dire à vérifier qu’il y a peu voire pas d’eau dans nos cosmétiques solides et donc qu’il n’y a pas de risque de développement bactériologique.


Étape 5 : Le dossier réglementaire


Aussi appelé DIP, ce dossier est un élément obligatoire à remplir pour tous les cosmétiques rentrants sur le marché.
Il inclut tous les éléments jugés primordiaux pour le consommateur, qui peuvent impacter sa santé : l’identité du cosmétique, la précaution d’emploi, la liste d’ingrédients et les effets négatifs possibles.

Ce dossier est constitué de très nombreuses parties ! En voici quelques unes :
- les informations sur notre nouveauté naturelle : la formule quantitative et qualitative, les spécificités physico-chimiques, les spécificités microbiologiques...
- l’évaluation du toxicologue regroupant la conclusion de l’évaluation, les avertissements et les instructions d’utilisations (ainsi que ses références)
- la description de notre méthode de fabrication
- la déclaration de conformité aux Bonnes Pratiques de Fabrication (appelée BPF en interne)
- les preuves de l’effet revendiqué par notre cosmétique naturel
- les données relatives à l’évaluation de la sécurité

Remplir ce DIP prend parfois de longues heures (voire journées) ! Il est essentiel que chaque partie soit correctement complétée pour pouvoir mettre un cosmétique sur le marché.

Et pour la suite ?


Une fois le DIP de notre cosmétique naturel finalisé, il ne nous reste plus qu’à le notifier sur le Portail de Notification des Produits Cosmétiques (CPNP). Il va nous permettre ensuite de transmettre à la Commission Européenne les informations obligatoires de notre cosmétique naturel avant la mise en place sur le marché.

C’est seulement une fois que toutes ces étapes sont passées avec succès que nous pouvons lancer notre formule en grande production. Et c’est là que la transposition industrielle a lieu : nous nous assurons que la formule (jusqu’alors réalisée en petite quantité et à la main) est réalisable en plus grande production à l’aide d’outils de production plus performants et rapides.

Mais c’est le commencement d’une autre étape très importante de notre univers : la partie Fabrication (qui arrive très prochainement ?)

Si vous voulez découvrir notre vidéo de présentation sur notre service Recherche & Développement chez Druydès, retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux ?

Instagram / Facebook / Linkedin 

L'aprés shampoing solide

L'aprés shampoing solide

Après-shampoing solide d'origine 100 % naturel et fait en France. Enrichit en huile de pépins de pommes upcyclées, il démêle nourrit et apporte...

13,90 €
5 / 5 (14 avis clients)
Voir en détail